Société d'Histoire Naturelle du Pays de Montbéliard tel : 03 81 37 35 24 email : shnpm@orange.fr
vous êtes le 732041e visiteur depuis le 01/04/2008

site réalisé par Tendance-net
  Actualités et actions

  Inventaires  [ cliquez-ici]
  Retour à l'article principal de cette rubrique
Article posté le : 11 02 2008
Variation du nombre d\'espèces par zone de 10 km de coté 

(pour un total de 51 vues sur le secteur; Situation du 18 janvier 2001)

Les chiffres vont de 0 à 33 espèces par maille.
Les 0 correspondent à des zones essentiellement hors département.
Le 33 est entre Montbéliard et Belfort ou les participants sont les plus nombreux!

retour en haut de page

Article posté le : 11 02 2008
Collaborateurs de terrain: 

Des données ont été d'abord transmises par des collectifs issus de nos associations locales lors des premiers contacts:

  • ABPN ou association belfortaine de protection de la nature *
  • SHNPM ou société d'histoire naturelle du pays de montbéliard *

Nous avons aussi reçu des informations d'agents ONF *

retour en haut de page

Article posté le : 11 02 2008
Orchis coriophora 

Une sous espèce est présente dans le département du Jura voisin, mais nous n'en avons pas de signalisation récente dans notre région. Elle semble menacée en France et est protègée nationalement.
retour en haut de page

Article posté le : 11 02 2008
Ophrys sphegodes Miller 

Le nom français de cet Ophrys, qui traduit les noms scientifiques, est Ophrys araignée.
Cette espèce est le type d'un groupe à large répartition. Elle est signalée dans les départements adjacents.
retour en haut de page

Article posté le : 11 02 2008
Orchis palustris 

cette espèce a été autrefois signalée. S'agit il d'une confusion avec O. laxiflora? En tout cas personne ne l'a retrouvée recemment. De plus, l'unique station du département du Jura aurait disparu.
retour en haut de page

Article posté le : 11 02 2008
Traunsteinera globosa (L.) Reichenbach 

cette espèce n'est présente que dans les pelouses de montagne.
Nous avons de nombreuses mentions anciennes qu'il serait intéressant de retrouver en particulier au niveau des Vosges.
retour en haut de page

Article posté le : 11 02 2008
Spiranthes spiralis (L.) Chevalier 

Cette espèce est très tardive et fleurit en septembre dans les patures et prés maigres.
Elle peut être localement abondante. Peut être passe t elle inaperçue de par sa date de floraison.

Mais on constate aussi des menaces de par le changement des pratiques agricoles.
Elle est donc protègée régionalement.

retour en haut de page

Article posté le : 11 02 2008
Spiranthes aestivalis (Poiret) L.C.M. Richard 

Cette espèce, plus répandue dans le sud ouest de la France,
n'est présente que vers le village de Bremondans dans notre région.

D'anciennes mentions d'Herbelin existent pour le territoire de Belfort
(disparition ou confusion avec Sp.automnalis?)

retour en haut de page

Article posté le : 11 02 2008
Leucorchis albida (L.)Löve 

Cette espèce est aussi nommée orchis miel du fait de son odeur agréable.

Elle est localisée dans les pelouses d'altitude donc les massifs des Vosges et du Jura... pour nos départements

retour en haut de page

Article posté le : 11 02 2008
Plathanthera chlorantha (Custer) Reichenbach 

Elle se distingue de l'autre espèce du genre par des anthères convergentes et non parallèles.
Se trouve également plus en altitude me semble t il (Vosges saonoises, haut Doubs...)
retour en haut de page

Article posté le : 11 02 2008
Plathanthera bifolia (L.) Lcm. Richard 

Cette espèce est un peu plus hygrophile que les autres orchidées; en prairies et bois clairs...
En fait dans des milieux assez variables
Elle est disséminée et pas trop rare dans notre région
retour en haut de page

Article posté le : 11 02 2008
Orchis ustulata Linne 

Cette petite espèce semble signalée assez fréquemment, mais elle est disséminée et peut être en régression de par l'amendement des prairies maigres ou on la trouve.
retour en haut de page

Article posté le : 11 02 2008
Orchis simia Lamarck 

cette espèce est proche de Orchis militaris, mais se distingue aisemment par ses longs lobes du labelle.

Comme d'autres orchidées, elle caractérise les pelouses calcaires sèches qui régressent actuellement. C'est vraissemblablement la raison de sa protection en Franche comté.

retour en haut de page

Article posté le : 11 02 2008
Orchis purpurea Hudson 

cette espèce est proche de Orchis militaris avec laquelle elle s'hybride facilement.
Elle est plus abondante en région méditerranéenne mais on la trouve en Alsace.
Elle pousse en général en pelouse, parfois dans des bois clairs.
retour en haut de page

Article posté le : 11 02 2008
Orchis pallens Linné 

Cet orchis est extrèmement rare dans le Doubs:
En tout et pour tout, un seul pied a été vu quelques années
(cf JFProst dans "le monde des plantes") et il semble avoir disparu depuis!
retour en haut de page

Article posté le : 11 02 2008
Orchis morio Linné 

Cet orchis des prairies maigres, est de couleur très variable du blanc au lie de vin
retour en haut de page

Article posté le : 11 02 2008
Orchis militaris Linné 

Cet orchis est baptisé ainsi peut être à cause de la forme en casque des pétales.?
Il occupe les pelouses, les prairies maigres ... parfois on trouve de belles stations sur les talus routiers...

retour en haut de page

Article posté le : 11 02 2008
Orchis mascula Linné 

Cet orchis est très printanier. On le trouve en général dans des bois pas trop denses mais aussi en prairie, sur calcaire comme sur substrat acide.

Il est très répandu. Je pense qu'il devrait être présent partout et que son absence de quelques zones de la cartographie est un indice d'absence de prospection. Nous sommes près des 100% attendus. Allez au printemps prochain dans les dernières mailles marginales pour y arriver.

retour en haut de page

Article posté le : 11 02 2008
Orchis laxiflora Lamarck 

Cet orchis caractéristique des prairies humides, n'est présent dans le terrritoire de Belfort que par la signalisation d'un pied! et par une mention d'Yves Jannerod dans l'ouest du Doubs.

La photo a été réalisée dans le midi de la France.

retour en haut de page

Article posté le : 11 02 2008
Ophrys insectifera Linne 1753 = O. muscifera Hudson 1762 

Cette espèce est remarquable par sa ressemblance avec une mouche. Elle est encore bien présente dans nos pelouses sèches bien que jamais abondante.
retour en haut de page

Article posté le : 11 02 2008
Ophrys fuciflora (F.W. Schmidt) Moench 

Cette espèce est spectaculaire par la taille de ses fleurs. Elle est encore bien présente dans nos pelouses sèches à basse altitude. Elle est aussi remarquable par la variabilité de ses couleurs de pétales.
Mais elle se raréfie en mème temps que son milieu, transformé en prairies, labouré ou construit...
retour en haut de page

Article posté le : 11 02 2008
Ophrys litigiosa E.G. Camus = O. araneola Reichenbach 

Cette espèce appartient au groupe complexe de O.sphegodes avec lequel elle a été autrefois confondue. Elle se distingue par la petite taille de son labelle et la précocité de sa floraison (dès le mois de mars).

Elle est présente dans de rares pelouses (mésobromion) bien exposées surtout du coté de Besançon et de la vallée de la Loue.

retour en haut de page

Article posté le : 11 02 2008
Ophrys apifera jurana Ruppert 

C'est en fait seulement une forme rare, à pétales sépaloïdes de l'Ophrys abeille.
Celui-ci est en fait assez variable et plusieurs de ses variétés sont présentes sur le territoire étudié.

Nous avons jugé qu'elle était assez remarquable pour être traitée à part.

retour en haut de page

Article posté le : 11 02 2008
Ophrys apifera Hudson 

Cette espèce est une des rares orchidées à s'autopolliniser.
L'image montre des pollinies se recourbant vers les stigmates.
Elle est encore bien présente dans nos pelouses sèches bien que disséminée et jamais en très grand nombre.
Elle est plutot en basse altitude ; ses stations plus élevées correspondant à des endroits bien exposés des valllées du Doubs et de la Loue.
retour en haut de page

Article posté le : 11 02 2008
Nigritella nigra (L.) Wettst. 

Cette espèce d'altitude est présente seulement sur les crêtes du Jura pour notre région.
Sa systématique a été remaniée par éclatement de l'espèce dans les années 1990...
Nous avons conservé le nom de début de l'étude.

2 espèces peu différenciées seraient en fait présentes:
N.rhellicani Teppner&Klein 1990
N.austriaca (Teppner&Klein) P.Delforge 1991

retour en haut de page

Article posté le : 11 02 2008
Neottia nidus avis (L.) LCM. Richard 

Cette espèce forestière est assez répandue.
Elle est totalement dépourvue de chlorophylle et a donc un mode de vie saprophyte...
Son nom de "nid d'oiseau" vient de la forme de ses racines entrelacées.
Elle caractérise plutot les zones fortement ombragées mais supporte parfois la lumière de clairières.
retour en haut de page

Article posté le : 11 02 2008
Listera ovata (L.) R.Brown 

Cette espèce à fleurs vertes est répandue dans des milieux assez variés de la prairie à la forèt claire voir dense.
Elle indique toutefois une certaine humidité.
Son absence de certains secteurs n'est due vraissemblablement qu'à l'absence de passage des prospecteurs.
retour en haut de page

Article posté le : 11 02 2008
Listera cordata (L.) R.Brown 

C'est une petite espèce difficile à voir (moins de 20cm)
mais elle est localement abondante dans certaines pessières sur sphaignes .
Elle est cantonnée en altitude (au dessus de 800m)
retour en haut de page

Article posté le : 11 02 2008
Liparis loeselii (L.) C.M.Richard 1817 

C'est une espèce très rare, protègée au plan national.
Elle est inféodée aux marais tourbeux ou toutefois elle peut être très localement assez abondante.
Sa petite taille et sa couleur font qu'elle est difficile à voir sur les surfaces de sphaignes.
retour en haut de page

Article posté le : 11 02 2008
Limodorum abortivum (L.) Swartz 

Le limodore est une orchidée dépourvue de chlorophylle. Ses feuilles sont réduites à des écailles bractéiformes et elle est de couleur violette.
Dans notre cartographie, il apparait à plusieurs reprise malgré à priori des préférences climatiques plus méridionnales. Mais son abondance est toujours limitée et sa venue est aléatoire...
Plusieurs points correspondent à un pied observé une fois pendant les dix ans de l'étude!
retour en haut de page

Article posté le : 11 02 2008
Himantoglossum hircinum (Linné) Sprengel 

Le loroglosse est appelé également orchis bouc à cause de son odeur.

C'est une plante robuste pouvant atteindre 1m.

Les pelouses sèches sur calcaire sont son habitat normal.

La cartographie semble montrer une répartition associée à la vallée du Doubs et aux zones de faible altitude.

retour en haut de page

Article posté le : 11 02 2008
Herminium monorchis (L.) R.Brown 

Cette petite orchidée pousse dans des pelouses ou des bas marais.
Elle est de petite taille et de couleur verte donc difficile à voir.
En France, elle est rare car elle pousse seulement au nord ou dans les montagnes de l'est.
Elle est protègée en Franche comté ou pourtant elle a quelques belles stations assez disséminées.
retour en haut de page

Article posté le : 11 02 2008
Gymnadenia odoratissima (L.) Richard 

Cette espèce est plus rare que l'autre du genre.
Elle s'en distingue par un éperon plus court.

Dans nos départements, elle se rencontre en peu de stations avec peu d'individus. Elle est parfois en mélange avec G.conopsea. Elle est alors parfois atypique. Cela fait évoquer la possibilité d'hybrides dans des individus intermédiaires. Ceux ci correspondraient aux descriptions d'une ancienne espèce remise au gout du jour mais à valider G.pyrenaïca (cf Jacquet).

Elle est aussi plus montagnarde, plus fréquente dans les alpes calcaires.
C'est pourquoi on peut considèrer les mentions anciennes d'Herbelin dans le territoire de Belfort comme douteuses?

retour en haut de page

Article posté le : 11 02 2008
Gymnadenia conopsea (L.) R.Brown 

Encore une orchidée répandue dans les prés maigres du mésobromion.
Les trous dans sa répartition ne sont vraisemblablement que des défauts de prospection.
retour en haut de page

Article posté le : 11 02 2008
Goodyera repens (L.) R.Brown 

Très jolie espèce miniature souvend trouvée dans des pinèdes;
Elle était signalée vers Belfort au début du siècle par Herbelin. Elle y a été vue dans une localité au début de l'étude mais semble avoir disparu depuis. Ce qui contredit les indications d'expansion parfois lues.
Elle semble localement mieux se développer vers Pontarlier.
retour en haut de page

Article posté le : 11 02 2008
Epipogium aphyllum Swartz 

Cette espèce dépourvue de chlorophylle, est très rare .
Elle pousse dans la litière des forèts montagnardes humides.
Nous avions pensé ne pas la cartographier car nos uniques mentions étaient très anciennes (Contejean: les Gras dans le Jura; Herbelin: Saut de la Truite dans les Vosges) mais une autre station aurait été découverte pendant la saison 2001!

(Les photographies ont été réalisées sous la pluie en Savoie il y a quelques années.)

retour en haut de page

Article posté le : 11 02 2008
Epipactis purpurata G.E. Smith 

Cette orchidée forestière peut parfois être dépourvue de chlorophylle.
Elle se caractérise par son port en touffes, ses tiges teintées de violet et ses feuilles étroites.
retour en haut de page

Article posté le : 11 02 2008
Epipactis palustris (L.) Crantz 

Comme son nom l'indique, c'est le seul épipactis à pousser en zone humide.
Il semble bien présent bien que disséminé.

En particulier pour le territoire de Belfort, s'est il raréfié avec les milieux humides qu'il habite depuis les signalisations anciennes de Contejan et Herbelin?

retour en haut de page

Article posté le : 11 02 2008
Epipactis muelleri Godfery 1921 

Espèce des bois clairs, à floraison plus précoce qu' E. helleborine ...

distincte par la base du pédoncule floral jaunatre et le rostellum absent...

La diapositive scannée est proposée par F.Thiery !

retour en haut de page

Article posté le : 11 02 2008
Epipactis microphylla (Ehrhart) Swartz 1800 

Comme son nom l'indique, cette plante a des feuilles très réduites.
C'est une espèce des forêts sur calcaire.
retour en haut de page

Article posté le : 11 02 2008
Epipactis leptochila (Godfery) Godfery 1921 

Cette espèce se distingue surtout par l'épichile pointu en plus de son pédicelle floral vert.
retour en haut de page

Article posté le : 11 02 2008
Epipactis helleborine (L.) Crantz 

Cette espèce est assez variable, au niveau de la couleur de la fleur par exemple. Elle se caractérise par ses larges feuilles et ses pédicelles floraux teintés de violet .

Elle se trouve dans différents millieux, mais surtout en forêt.

Elle est le type d'un groupe parmi les Epipactis qui sont difficiles à déterminer.
Allez voir la clé récente d'alain Gévaudan pour faire le point.

retour en haut de page

Article posté le : 11 02 2008
Epipactis atrorubens (Hoffmann) Besser 

Cet Epipactis est bien caractérisé par la couleur de ses fleurs et par ses biotopes. Il pousse dans les coteaux secs, les lisière forestières... plutot en zone bien exposée et sèche, en compagnie souvent de C.rubra.


Curieusement pour moi, il apparait dans la cartographie confiné aux zones élevées de nos départements.

Il serait à rechercher sur les bords du Doubs ou sa présence me semble vraissemblable

retour en haut de page

Article posté le : 11 02 2008
Dactylorhiza traunsteineri (Sauter) Soo 

Espèce rare, à statut à préciser que l'on trouve en général en tourbière. La plupart de ses stations correspondent aux localités d'altitude tourbeuses du haut Doubs ou des Vosges belfortaines, mais elle a été signalée également de 3 stations plus à l'ouest.
retour en haut de page

Article posté le : 11 02 2008
Dactylorhiza sambucina (L.) Soo 

Espèce d'altitude avec quelques stations dans le haut Doubs
et une mention ancienne étonnante du botaniste belfortain Herbelin reprise par Issler dans sa flore d'Alsace avec la localisation "Rechésy".

Ce dactylorhiza est facile à reconnaitre en général à son labelle jaune à points rouges. Une autre forme colorée rouge existe en mélange dans les populations. La photographie qui montre les deux formes a été prises dans les alpes au col du grand saint Bernard lors d'une sortie de la SHNPM

retour en haut de page

Article posté le : 11 02 2008
Dactylorhiza majalis (Reichenbach) PF Hunt&Summerhayes 

Elle a une large répartition dans les zones humides.

C'est un des Dactylorhiza les plus aisé à déterminer avec sa couleur violacée et ses feuilles tachetées.

retour en haut de page

Article posté le : 11 02 2008
Dactylorhiza maculata (L.) Soo 

Cette espèce est le Dactylorhiza le plus commun. Il est proche de :
D.fuchsii à labelle plus nettement trilobé et de
D.majalis, en général plus foncé et dans des milieux plus humides.
Il est répandu des prairies aux lisières de forèt et devrait à mon avis être présente partout dans la région. Les prospecteurs du centre du département sont invités à le signaler!

retour en haut de page

Article posté le : 11 02 2008
Dactylorhiza incarnata (L.) Soo 

Cette espèce à tige creuse et longues bractées est surtout présente dans les prairies humides...

retour en haut de page

Article posté le : 11 02 2008
Dactylorhiza fuchsii (Druce) Soo 

Cette espèce est très difficile à distinguer de D.maculata qui est voisin.
Elle est reconnaissable à son labelle profondément trilobé.
Il est jugé par les auteurs plus calcicole que D. maculata

Les populations vosgiennes suscitent de nombreuses interrogations parmi les orchidophiles .

retour en haut de page

Article posté le : 11 02 2008
Cypripedium calceolus Linné 

Cette orchidée est la plus grande de nos régions.
Son nom français: "sabot de vénus" est la traduction du nom de genre.

Cette espèce protègée au plan national pourrait être présente dans nos deux départements puisqu'elle existe sur notre maille de 10km de coté en territoire suisse!
Des biotopes favorables en forêt claire à l'étage montagnard existent...
Dans les Alpes, à en juger par certaines stations, elle se développe bien lorsqu'elle est respectée.

Deux autres mentions ont circulé, mais nous n'avons jamais pu en avoir confirmation.
Alors peut être qu'une redécouverte aura lieu...

retour en haut de page

Article posté le : 11 02 2008
Corallorrhiza trifida Chatelain Racine de corail 

Cette espèce de petite taille n'est présente qu'en altitude, dans la litière des hêtraies sapinières, en limite sud de notre région ou elle fleurit fin juin.
retour en haut de page

Article posté le : 11 02 2008
Coeloglossum viride (L.) Hartman 

Petite espèce peu spectaculaire des prairies humides ou des pelouses d'altitude...

Les formes d'altitude ont un port différent et sont beaucoup plus colorées comme sur la photo

Elle semble disséminée dans les environs de Belfort dans des prairies humides.
Et plus présente en altitude au sud du département (ou est elle mieux repérée par les botanistes de cette région?)

retour en haut de page

Article posté le : 11 02 2008
Cephalanthera rubra (L.) LCM Richard 

C'est une espèce des forêts bien exposées ou des ourlets forestiers...
Elle est relativement bien présente mais jamais en grand nombre
retour en haut de page

Article posté le : 11 02 2008
Cephalanthera longifolia (L.) K. Fritsch 

Espèce des forèts bien exposées..

Elle semble plus rare que C.damasonium= C.pallens

On peut aisément différencier les espèces:
celle-ci a les fleurs plus blanches et les feuilles plus allongées.

retour en haut de page

Article posté le : 11 02 2008
Cephalanthera damasonium (Miller) Druce 

Un peu plus abondant que C.longifolium
Il est de couleur plus crème...

plus forestier (milieux plus ombragés)

retour en haut de page

Article posté le : 10 02 2008
Anacamptis pyramidalis (L.) Richard 

L'orchis pyramidal, est aussi une orchidée de pelouse sèche, caractéristique du mésobromion.
Il semble confiné aux régions peu élevées.

retour en haut de page

Article posté le : 10 02 2008
Aceras anthropophorum (L.) Aiton 

L'orchis homme pendu, ainsi nommé à cause de la forme de son labelle est une espèce de pelouses sèches

Dans notre cartographie, il apparait à basse altitude, dans les régions recevant les dernières influences méditerranéennes: environs de Besançon, vallée de la Loue...

retour en haut de page

Article posté le : 10 02 2008
Liste des orchidées du Doubs 

Cette liste récapitule les 55 espèces inventoriées dans ces départements. Nous n'avons pas pris en compte quelques espèces décrites après le début du travail, par exemple dans les genres Epipactis et Dactylorhiza car il était impossible de revenir sur les anciennes données. Notre nomenclature ne reflète pas non plus les tout derniers remaniements liés à l'analyse de séquences d'ADN bien que certains regroupements de genres aillent dans le sens indiqué par les données d'hybridation.

ATTENTION : L'inventaire, bien que commencé il y a plusieurs années, n'est pas achevé. Ces fiches présentent un état des lieux au 1/07/2000. La carte du nombre d'espèces par zone donne une idée des prospections manquantes.

retour en haut de page